Les raisons de traîner sur internet : tentative de typologie

La Réflexiothécaire aime le classement. Elle rassemble pour vous, aujourd'hui, une typologie, qui nous l'espérons, vous aidera à mieux vous situer dans le world wide web.

 

TYPOLOGIE DES « RAISONS QUI FONT QU'ON TRAINE SUR INTERNET »

(Liste non exhaustive)

TYPE 1  La recherche de l'âme soeur

La dernière fois que vous avez croisé quelqu'un qui vous plaisait dans la rue, vous avez baissé les yeux. Peur de la verbalisation (harcèlement sexuel...), de passer pour une sal..pe, ou tout simplement de l'échec. Internet demeure à ce jour le meilleur moyen de vous rendre accessible à des milliers de gens comme vous, des inhibés, des apeurés, des timides ou tout simplement des isolés, victimes du monde moderne où il devient plus facile de parler avec Miky47 que d'échanger un bonjour avec un collègue de bureau croisé par hasard à la supérette. Le rapport quantité-qualité n'est pas toujours à la hauteur, vous risquez de condenser une vie sentimentale de plusieurs années en quelques mois, rateaux/ratages compris.

TYPE 2  Le libertinage

Vous êtes marié ou célibataire, peu importe. Vous voulez profiter de vos organes génitaux avant qu'il ne soit trop tard (Démon de midi, Post-libération sexuelle, pulsion sexuelle envahissante, colère rentrée contre les membres du sexe opposé ou autres...). Votre présence sur les réseaux, fruit de la frustration, de l'obsession, du goût, ou de la dépendance (sexuelles), n'a qu'un seul but: la copulation, frénétique, multiple et libre. Vous rencontrez quelques proies dociles ou plus récalcitrantes, qui se transforment alors en défi. Vous développez dans le meilleur des cas des qualités de manipulateur, preuves de vos qualités d'esprit, dans le pire, une aggravation de votre sentiment d'insatisfaction si vous fréquentez des sites peu appropriés, ou vous adressez à des personnes avec une libido dans la moyenne.

TYPE 3  Le rééquilibrage de l'activité professionnelle

Que vous disposiez de temps libre sur votre lieu de travail, ou pas, vous avez fait votre moyenne, et c'est décidé : vous allez travailler moins pour gagner toujours autant. La connexion Internet au boulot offre des plages bien méritées de repos tout en donnant l'illusion à vos supérieurs que vous êtes furieusement concentré sur votre outil de travail lumineux. Vous êtes le roi du raccourci de clavier, la reine des décochages de cases pour éviter l'ouverture de fenêtres intempestives. Vous êtes multi-tâches et finissez par concilier vos deux activités avec brio. Sinon, il serait peut être judicieux de demander poliment à votre patron un peu plus de temps libre, devant l'afflux de mails, la necessité de donner votre avis sur votre dernier cupcake, il devrait trouver compréhensible que vous ayez besoin de RTT.

La reflexiotheque tips for workers

 

TYPE 4  Le repli communautaire

Vous évoluez en milieu hostile, ou stérile. Vos collègues ne sont que des collègues, vos amis ont annulé la dernière pasta-party, votre famille vous croit mort, les mamans à la sortie de l'école parlent entre elles, sans vous et vous souhaitez partager, échanger, sur le dernier film, le dernier bouquin, ou la dernière connerie à laquelle vous avez pensé, seul(e). Vous aussi vous voulez votre petite communauté à vous. Rejeté par le club de tricot, pas assez souple pour un cours de tango, vous vous êtes résolu à miser sur votre esprit et votre culture pour toucher le monde. Et c'est le monde qui vient à vous, le monde virtuel. Groupes Facebook, forums, sectes, clubs privés de vente, plateforme de discussion, vous nouez du lien et parfois, ça donne lieu à des rencontres. Prenez un peu de distance régulièrement, et sortez de chez vous, au mieux participer à des activités collectives (associations ...) qui permettent de concrétiser vos fantasmes de groupes élitistes.

TYPE 5  La solitude forcée

Vous avez un problème avec vous même, la solitude vous angoisse, vous retrouvez nez à nez avec votre minois vous effraie. Plutôt que de chercher le pourquoi du comment, vous décidez d' arpenter les sites internet afin de conjurer la fatalité de votre isolement. Les abonnements en illimité font votre bonheur, si vous êtes malin, et surtout aimable, vous pouvez n'être plus jamais 'vraiment seul', tout en l'étant finalement tout le temps, (attention, ce problème peut devenir insoluble si vos fesses finissent par prendre la forme de votre chaise). Plus vous passez de temps devant l'écran, moins vous avez envie de voir qui se cache derrière, et votre inactivité, qui vous a rendu mou, vous complexe. Sortez, soyez fou. Prenez des risques, allez chercher l' pain.

TYPE 6  La phobie sociale

Dans la vraie vie, vous n'aimez personne, pas même vous (ou trop). Vous avez trouvé l'exutoire parfait à votre haine de l'autre. Vous militez pour le bouton "dislike", vous critiquez tout. L'orgasme total se situe dans les rubriques "avis" des pages que vous visitez. Vous pouvez dire tous les gros mots possibles sans vous en manger une, vous pouvez faire votre malin sans rien craindre pour votre peau, ou alors, au pire, une accumulation de points d'exclamations au bout des réponses de vos victimes (Exemple : « Sal con!!!!!!! »)Vous vous sentez tout puissant, et oui, vous existez enfin. On parle de vous dans votre dos, et la stigmatisation vous guette. Vous vous nourrissez du ressentiment, de l'indifférence ou du dégout que vous suscitez, seuls sentiments que vous pensez pouvoir maitriser. Les autres sont partagés entre ceux qui sont rassurés de n'être pas vous et ceux que vous ne rencontrerez qu'exceptionnellement, puisqu'au fond, le but n'est a priori pas la rencontre, mais l'effervescence des débats houleux.

TYPE 7  La curiosité

Vous avez une vie de citoyen normale, et vous vous demandez bien ce qui peut se passer sur Internet, cet espèce d'espace dont les gens parlent de plus en plus, même à la télévision (« Siiiii ....sur M6.Fr qui z'ont dit!! »). Vous pianotez à l'aveuglette, vous téléchargez des recettes de crumble, et riez devant des vidéos de gens qui vomissent leur goûter. Deux cas de figure, le premier, vous vous diversifiez, vous vous découvrez des talents de rédacteur de post ou d'animateur de forum sur TF1.Fr, vous amusez tout le bureau avec vos blagues à la con, et vous avez toujours une idée pour passer le temps (Poker, GoogleHearth, lecture d'horoscope, chatroulette avec votre pote, Gifs animés à envoyer à la standardiste, Wikipédi-ique aïgue...) Deuxième cas, vous n'amusez que vous. Et c'est déjà pas mal.

TYPE 8   Le trouble de la personnalité

Vous souffrez de schizophrénie, vous êtes mythomane, joueur compulsif, et vous avez trouvé un moyen discret de vous faire plaisir, dans l'anonymat le plus parfait. Le risque avec Internet, ce sont les proportions que peuvent vite prendre vos petits délires de transgression. Le joueur compulsif, frôle la ruine au prochain clic, le schizophrène peut démultiplier ses personnalités à l'infini, le mythomane accumule les conversations faussées et peut trouver son maître. Au mieux, vous décuplez votre cheptel de souffres-douleurs, la multiplicité des rencontres (virtuelles ou non) se révélant le meilleur moyen de le renouveler.

TYPE 9  La soif d'information (spécialisée ou non)

Vous voulez tout savoir, sur tout, ou presque, spécialisé ou pas, vous vivez vos passions, ou subissez la pression médiatique de plein fouet, et vous vous sur-informez. Vous collectionnez les sites référents sur vos favoris, et consultez régulièrement ceux qui vous intéresse. Pour les passionnés, Internet apporte la matière nécessaire au suivi régulier de votre activité: dernières tendances, évolutions, échanges/achats/ventes, et formation de microcosmes d'initiés . Si votre dada c'est l'info (politique ect...) méfiez-vous « Trop d'infos tue l'info », vous risquez de ne plus vous souvenir de votre dernière sortie la nuit et la peur qui vous étreindra pourrait vous amener à voter Sarkozy en 2022.

TYPE 10  La recherche d'inspiration

Vous êtes à court d'idées pour : le menu de ce soir, le rangement de votre maison, refaire la déco du salon, occuper le nain qui s'ennuie. Et paf ! Vous voilà sur le net. Vous avez compulsivement collectionné des "inspirations" dans un onglet spécial de vos favoris, vous avez "piné" des photos à fond sur votre Pinterest, vous vous êtes perdu sur un blog lifestyle et c'est le début de la fin. Un instant, votre cerveau vous a quitté, vous vous surprenez en train de mater un bol de céréales avec des baies de goji. Vous lisez beaucoup trop de citations dans la même journée et votre tête commence à tourner. Vous commencez à vous trouver gros, bête, vous trouvez que votre vie ne vaut plus le coût, vous êtes à deux doigts de cliquer sur une formation en feng-shui quand soudain, ... le téléphone sonne. Ouf ! Une télé-opératrice veut poser des panneaux solaires sur votre toit ! Enfin quelqu'un sur qui vider votre trop-plein d'idéal.

La reflexiotheque lifestyle

TYPE 11  Le goût des autres

Vous avez constaté que nous étions des milliards qui passons notre temps entre nous, jouissant d'un petit groupe de proches qui nous ressemblent, qui en croisent d'autres, en s'ignorant la plupart du temps. Vous croyez en l'homme (et en la femme), vous faites fi des frontières, et des systèmes de castes qui taisent leur nom et avez décidé d'ouvrir une porte, entre vous et le reste du monde. Vous croisez tout et n'importe qui. De la misère intellectuelle aux plus hautes sphères de l'intelligenzia (enfin presque), vous perdez votre espoir de conciliation universelle, et vous finissez par hésiter entre mépris et retrait. Si vous avez la volonté sincère de résister, vous croiserez des gens comme vous, tout simplement égarés, qui partagent vos aspirations, et qui finalement, vous ressemblent.

Rejoignez le club des lecteurs de la Réflexiothèque et sentez-vous moins seul :

E-mail

humour

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×