CAPSULE DE REFLEXIO

Dans un blog, il y a toujours un morceau de "soi", ici, je l'ai appelé : CAPSULE DE REFLEXIO ! What else ? 

Ces capsules sont des articles pour parler des observations que je fais, des sujets que j'ai décortiqué et des leçons que j'en tire. Parfois, ils seront denses, parfois servis comme des instantanés, bien serrés et sans édulcorants. Ils traitent d' un sujet, une actualité, comme un os à ronger, sans trop développer, juste un exercice de style, ou pour partager une pensée, voire te pousser à aller chercher.

 

  • Dans la tête de la réflexiothécaire / phase 2

    Je vais faire comme pour la première chronique "Dans la tête de la reflèxiothécaire" et écrire sans préparation, à l'instinct, en tentant de livrer au mieux le contenu de mon cerveau.

    Les jours passent et il y a enfin eu un peu de soleil. Au fur et à mesure que le ciel s'est dégagé, mes idées se sont éclaircies. En fait, j'ai énormément marché, seule et parfois accompagnée. Et la marche, ça a quelque chose de similaire à une grande douche mentale. Un pas devant l'autre et les pensées défilent au même rythme que les mètres effectués. C'est incroyable le bien que me procure le fait de marcher. J'ai du mal à faire demi-tour sur le chemin, mais je dois jauger ma réserve d'énergie pour la deuxième moitié.  Pas évident pour mes jambes avec lesquelles je ne suis pas totalement connectée à  maintenant 40 ans, j'ai cette impression persistante que mon corps  n'est que le véhicule de mon cerveau. Pour la connexion "corps-esprit" on repassera.

     

    Lire la suite

  • Les raisons de traîner sur internet : tentative de typologie

    La Réflexiothécaire aime le classement. Elle rassemble pour vous, aujourd'hui, une typologie, qui nous l'espérons, vous aidera à mieux vous situer dans le world wide web.

     

    Lire la suite

  • Dans la tête de la réflexiothécaire

    Ce soir, j'écrirai sans brouillon. Sans plan. Sans préparation. De toute façon, écrire c'est pas bien compliqué puisque j'écris comme je parle.

    Il y a un peu plus de 10 ans, j'avais un petit groupe de lecteurs, je m'étais rebaptisée Ahlala. J'erais sur les bords de seine et en soirée parisienne en attendant de rencontrer un homme qui se pencherait sur mon désert affectif. J'avais du mordant, je croquais la vie et les autres avec des sourires pleins de dents.  Je me sentais exister et ça créait des petites jalousies, on venait me cirer les pompes ou cracher son venin. Je n'avais pas honte d'être qui j'étais jusqu'à ce que je comprenne que ma muse intérieure m'avait échappé : j'avais commencé à écrire pour me connaître, j'avais fini par produire pour être aimée. C'était le début de la fin de l'histoire entre les touches et moi. Le dé-clic, je réfléchissais des jours à une formule, j'hésitais à la moindre virgule. Certes, je faisais de moins en moins de fautes. Mais la manie de peser chaque mot devenait un travail à la chaîne. J'ai quitté "le club des metteurs de 1" comme je les appelais, j'ai arrêté de me faire lire, mais pas de me faire aimer, car il y eu un mâle pour un bien. J'ai rencontré l'amour.

    Alors voilà, il y a 3 ans environ, j'ouvrais la porte une nouvelle fois, mais j'avais bien choisi le cahier et le sujet. Interdit de s'en éloigner. Le buvard bien calé pour ne pas dépasser : fini le pseudonyme, il fallait assumer. Et depuis quelques jours, un à un, je supprime les articles de mon ancien blog, comme on quitte un logement. Comme on range dans des cartons des objets en se remémorant pour chacun, une anecdote. Le plus difficile c'est d'enterrer les commentaires de certaines de mes lectrices. Je fais le ménage dans cette partie de ma vie et j'ai du mal à investir ma nouvelle maison, la refléxiothèque. J'ai peur de refaire les mêmes erreurs, d'enfiler des costumes qui m'iraient trop grands.

    Alors, un peu comme lorsque je déménage, j'ai commencé par les travaux avant de poser mes valises. J'ai bien essayé de suivre les plans de réflexions pré-pensées pour tout bon bloggeur qui se respecte (et se cherche surtout). J'ai questionné le "pourquoi", tout de suite après le "pour qui". J'ai bien travaillé la forme, j'ai prévu des classements, j'ai dessiné ce logo "arbre-cerveau" en croisant les doigts pour ne pas m'en lasser trop tôt. J'ai trituré du champ lexical, du mot-clé et du référencement. Bien,  bien, bien... tout ça c'est fait.

    Et aujourd'hui, voici venu le temps de déballer les cartons. Je m'étais promis un tas de choses : ne pas avoir peur, montrer plus de moi-même, ne me limiter en rien, aborder ci et ça. Les pages de mon carnet regorge des idées de nouveaux projets que j'ai presque chaque semaine.

    Lire la suite

  • Les experts du quotidien

    L'incertitude dans laquelle nous plonge le monde, la fragilisation des identités et des liens nous rendent de plus en plus friands de « méthodes », de « recettes », d' « astuces » pour tout et pour rien.

    Voilà plusieurs années que je dessine une réflexion pseudo-sociologique. Attention, il ne s'agit que de mon expérience personnelle. Je suis pourtant certaine que d'autres que moi sauront s'y retrouver.

     

    Tout le monde aime les cases

    Expert de son propre quotidien

    Des domaines d'expertises multiples

    Les nids d'experts

    Le chômeur attire les discours d'expert

    La parentalité, créativité à la portée de tous ?

    Une société d'experts

    "Faut taper dans les carbs, tout le monde le sait !"

    LA technique pour se détacher des experts du quotidien

     

     

    Lire la suite

×